Bienvenue sur le blog de Green Systèmes

Factures de gaz : composition et comparaison avec nos voisins

Efficacité énergétique - May 18, 2018
          Les économies d’énergie réalisées grâce à une amélioration de l’efficacité énergétique ont plusieurs avantages, dont celui de se traduire en économies financières. La facture d’électricité a été expliquée dans un article précédent , c’est maintenant la composition de la facture de gaz qui va être détaillée.             Tout d’abord, une facture de gaz est composée d’une partie fixe, et d’une partie variable, proportionnelle à la consommation d’énergie, principalement composée de taxes et cotisations identiques quel que soit le fournisseur et de la rémunération du fournisseur librement fixée par celui-ci.             Finalement, votre fournisseur de gaz a une marge de manœuvre sur un peu plus d’un tiers de la facture. Le reste correspond aux coûts associés au réseau de transport et à celui de distribution, au stockage, ainsi qu’à diverses taxes et contributions expliquées ci-après.               Le réseau de transport est géré par TIGF pour le sud-ouest de la France et GRTgaz (filiale d’Engie, anciennement GDF Suez) pour le reste. Ce réseau correspond aux « autoroutes » de l’énergie et alimente le réseau de distribution ainsi que quelques grands industriels. Historiquement, le réseau de transport était divisé en plusieurs zones en France. Elles ont été progressivement fusionnées depuis le début des années 2000, deux zones existent depuis avril 2015 et elles seront fusionnées en une zone unique le 1er novembre 2018 (des travaux d’interconnexion sont en cours), ce qui permettra d’uniformiser le prix du gaz.             Le réseau de distribution irrigue environ 9100 communes en France et plus des trois-quarts de la population. Il est exploité principalement par GRDF (Gaz Réseau Distribution France, filiale indépendante d’Engie), en concessions des collectivités locales. Cependant, vingt-deux entreprises locales de distribution exercent sur des territoires qui leur sont concédés, et qui représentent de l’ordre de 5% des communes concédantes.             Les réseaux de transport sont financés par le tarif pour l’Accès des Tiers aux Réseaux de Transport de gaz (ATRT) et les réseaux de distribution sont financés par le tarif pour l’Accès des Tiers aux Réseaux de Distribution. Ces tarifs sont fixés par la Commission de régulation de l’Energie (CRE) . La CRE s’assure que les tarifs d’utilisation des infrastructures (y compris les tarifs de stockage et ceux des terminaux méthaniers) sont appliqués de manière transparente et non-discriminatoire à tous les utilisateurs. La fixation des tarifs est complexe et elle ne sera pas abordée ici.             La taxe principale qui apparaît sur la facture est la Taxe Intérieure de Consommation sur le Gaz Naturel (TICGN). Elle existe depuis 1986, mais elle a intégré plusieurs autres taxes et contributions au cours du temps, ce qui explique sa forte augmentation. Son montant est également fixé par la CRE et devrait encore augmenter dans les prochaines années, probablement jusqu’à un doublement dans les cinq ans. Cette taxe sert principalement à financer :   Le budget de l’état : une part correspond à la Contribution Climat Energie (CCE, communément appelée taxe carbone), une autre part est tout simplement une Taxe Intérieure de Consommation, analogue à celle existant sur les produits pétroliers (TICPE, anciennement TIPP) Le tarif d’achat du biométhane injecté dans le réseau Des dispositions sociales vis-à-vis de la précarité énergétique Le budget du Médiateur national de l’énergie             Il existe des taux réduits et de nombreuses exonérations de la TICGN, principalement pour des gros consommateurs ou des usages non énergétiques du gaz.             Une autre contribution est la Contribution Tarifaire d’Acheminement (CTA), qui sert à financer les retraites spécifiques des personnels du régime des industries électriques et gazières.   Comparaison avec nos voisins :             Pour la France, la base de données Pégase (acronyme de Pétrole, Électricité, Gaz et Autres Statistiques de l’Énergie) enregistre et diffuse les statistiques de l’énergie rassemblées par le service de la donnée et des études statistiques (SDES). Elle permet de connaître le prix de différentes énergies pour les particuliers d’une part et les industriels d’autre part.             Des comparaisons à l’échelle européennes sont réalisées régulièrement par Eurostat . Nous allons ici faire une comparaison avec les pays limitrophes à la France et connectés par gazoduc avec elle, sauf la Suisse pour laquelle Eurostat ne présente pas de données. De plus, les valeurs moyennes pour l’Union Européenne et la zone euro sont présentées. Pour les ménages, le prix indiqué est toutes taxes comprises, tandis que pour les petites industries, le prix est hors TVA et hors taxes remboursables (attention, les échelles ne sont pas les mêmes).                 Le prix du gaz est influencé entre autres facteurs par celui du pétrole, ce qui se retrouve dans la baisse généralisée après 2009. Le gaz naturel en France ne présente pas d’avantage ou de désavantage conséquent vis-à-vis du prix par rapport à nos voisins. Cette comparaison ne concerne pas le cas particulier des sites particulièrement consommateurs et dont la facture électrique représente la charge principale. Sans surprise, le gaz est sensiblement plus cher pour les particuliers.   Pour aller plus loin :             Une spécificité de la facture de gaz, est que qu’une énergie est facturée, tandis qu’un volume est mesuré par le compteur. Une conversion est donc réalisée sur la facture à l’aide d’un coefficient de conversion. Le contenu énergétique d’un mètre cube de gaz mesuré au compteur est principalement influencé par la pression de livraison, l’altitude du point de livraison et la composition du gaz (grossièrement, plus le gaz livré est riche en azote, plus il est pauvre énergétiquement, c’est le cas du gaz des Pays-Bas par exemple, qui est livré exclusivement dans le nord de la France, à l’opposé, les gaz algérien, norvégien ou russe ont un contenu énergétique élevé). La pression de livraison et l’altitude étant fixe pour chaque compteur, seule la composition du gaz varie et influe sur le coefficient de conversion indiqué sur la facture. Pour un même client, les variations dans le temps sont faibles (inférieures à 10%). Une fois la conversion effectuée, l’ensemble de la facture est basé sur l’énergie consommée.             Pour des consommateurs assez importants (industrie), il est possible de voir deux coefficients qui varient sur la facture. Afin d’être plus précis, le compteur dispose de capteurs supplémentaires et il y a donc un coefficient qui correspond à la correction apportée pour les facteurs de pression, de température et d’altitude, et un autre coefficient qui correspond à la composition du gaz.             Enfin, l’énergie contenue dans le gaz peut se mesurer de deux façons. En effet, il est possible de tenir compte, ou non, de l’énergie contenue dans la vapeur d’eau issue de la combustion. La réaction chimique qui correspond à la combustion de méthane à l’aide d’oxygène dans des conditions idéales est :                       CH4 + 2 O2 ⇾ 2 H2O + CO2             Les produits de la combustion sont donc du dioxyde de carbone et de l’eau (sous forme de vapeur). Quand une chaudière fonctionne bien, étant donné que le dioxyde de carbone est invisible, en fonction des conditions climatiques, soit rien n’est visible à la sortie de la cheminée, soit il est possible de voir un panache de vapeur d’eau qui condense en micro gouttelettes. Les deux définitions du Pouvoir Calorifiques sont :   Le pouvoir calorifique supérieur (PCS) correspond au dégagement maximal théorique de chaleur lors de la combustion, y compris la chaleur de condensation de la vapeur d'eau produite lors de la combustion. Le pouvoir calorifique inférieur (PCI) exclut de la chaleur dégagée la chaleur de condensation de l'eau supposée restée à l'état de vapeur à l'issue de la combustion.             Pour le gaz naturel, le PCS est supérieur de l’ordre de 11% au PCI. Sur les factures de gaz, il s’agit généralement de kWh PCS.             Par ailleurs, les chaudières ne pouvaient historiquement pas récupérer la chaleur contenue dans la vapeur d’eau, le rendement des chaudières est donc calculé par rapport au PCI. Avec le progrès technique, les chaudières ont pu récupérer cette chaleur, il s’agit des chaudières à condensation (pour condensation de la vapeur d’eau) et c’est pourquoi elles affichent des rendements supérieurs à 100% (par rapport au PCI), mais la physique est respectée et le rendement reste inférieur à 100% par rapport au PCS.  


Pourquoi est-il important de surveiller ses compteurs généraux : électricité, gaz, eau

Green Systèmes - April 10, 2018
Cet article vise à présenter les avantages d’un relevé régulier, par exemple toutes les dix minutes, des compteurs généraux (électricité, gaz, eau, fioul, chaleur, vapeur…). En effet, ce suivi permet, pour un faible investissement, de recueillir de précieuses informations lorsque les flux ne sont pas connus. Très souvent les mesures réalisées seront à l’origine d’une prise de conscience d’économies potentielles conséquentes et de l’intérêt de travailler sur les consommations au sein de la structure concernée.                 Le monitoring des compteurs généraux fourni une quantité importante de données (environ mille données par valeur mesurée et par semaine au pas de dix minutes, un compteur électrique peut fournir plusieurs données à chaque pas de temps : consommation d’énergie active, consommation d’énergie réactive…). Le traitement de ces données à l’aide d’outils statistiques et de graphiques permet :               -  de mesurer la consommation en dehors des périodes travaillées (souvent il s’agit d’une consommation étonnamment élevée par rapport à la consommation lors des heures travaillées, d’autant plus surprenante qu’il s’agit d’une consommation généralement improductive),               -  de détecter des fuites ou des dysfonctionnements,               -  d’étudier la variation de la consommation par rapport à des facteurs d’influence (par exemple l’influence de la température extérieure sur les besoins de chauffage est une image de la performance thermique globale des bâtiments et de l’installation de chauffage). Il est par exemple presque toujours possible d’estimer la part de la consommation énergétique à attribuer au chauffage sans sous-comptage, quelque soit la nature du chauffage ( gaz, fioul, électrique…). Ceci est valable pour d’autres facteurs d’influence à étudier pour chaque cas particulier.                 Bien sûr, malgré l’apport important des données issues des compteurs généraux, du sous-comptage sera indispensable pour affiner l’analyse et suivre plus finement les flux. Pour continuer avec l’exemple du chauffage, un sous-comptage est indispensable pour pouvoir séparer la consommation liée aux performances de la chaudière et la consommation liée à la distribution du chauffage et à la performance thermique du bâtiment (isolation, ventilation…). De même, si le système de production de chaleur sert également à produire l’Eau Chaude Sanitaire (ECS), il faut également un sous-comptage spécifique pour évaluer la consommation d’énergie liée à l’ECS. Ce sous-comptage spécifique qui permet d’évaluer la performance de la chaudière offre également un suivi de cette performance dans le temps, d’identifier des dérives et donc de garder un outil à un très bon niveau d’efficacité et de faire de la maintenance prédictive.                 C’est pourquoi Green Systèmes a développé  une offre spécifique pour un suivi sans fil des compteurs généraux (concernant l’électricité et le gaz, aussi bien pour les compteurs anciens que pour les nouveaux compteurs Linky et Gazpar, il suffit que la sortie TIC  - Télé Information Client - soit disponible ; pour les compteurs d’eau, il faut pouvoir ajouter un module communiquant), afin que vous puissiez très facilement débuter votre démarche d’amélioration vis-à-vis de vos consommations.  


Factures d’électricité : composition et comparaison avec nos voisins

Efficacité énergétique - March 8, 2018
          Les économies d’énergie réalisées grâce à une amélioration de l’efficacité énergétique ont plusieurs avantages, dont celui de se traduire en économies financières. La transformation de kilowattheures électriques en euros se fait au travers de la facture d’électricité. Il est donc intéressant de bien comprendre la composition de cette facture.             Tout d’abord, une facture d’électricité est composée d’une partie fixe, et d’une partie variable, proportionnelle à la consommation d’énergie, principalement composée de taxe et cotisations identiques quel que soit le fournisseur (TURPE, CSPE, CTA et éventuellement des taxes locales, voir ci-dessous) et de la rémunération du fournisseur librement fixée par celui-ci.             Finalement, votre fournisseur d’électricité a une marge de manœuvre sur un peu plus d’un tiers de la facture d’électricité. Le reste correspond aux coûts associés au réseau de transport et à celui de distribution, ainsi qu’à diverses taxes et contributions expliquées ci-après.               Le réseau de transport haute tension est géré par RTE (Réseau de Transport d’Electricité, filiale du groupe EDF), et correspond aux lignes électriques d’une tension supérieure à 50 000 volts (en pratique de 63kV à 400kV). Ce réseau correspond aux « autoroutes » de l’énergie et alimente le réseau de distribution ainsi que quelques grands industriels.  Le réseau de distribution concerne la moyenne (de 1 000 à 50 000 volts) et basse (inférieur à 1 000 volts) tension. Il est géré principalement par ENEDIS (filiale indépendante du groupe EDF), anciennement appelé ERDF, en délégation des communes qui sont propriétaires du réseau. Cependant environ 160 entreprises locales de distribution gèrent le réseau de distribution d’environ 2 500 communes, ce qui représente de l’ordre de 5% de la distribution d’électricité.             Ces réseaux de transport et de distribution sont financés par le Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité ( TURPE) , qui contient trois composantes qui apparaissent sur la facture : la composante de gestion, la composante de comptage et la composante de soutirage. Le TURPE est fixé par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) selon quatre principes :   Le tarif TURPE est identique sur tout le territoire, c’est la péréquation tarifaire Le tarif est indépendant de la distance parcourue par l’électricité, comme pour le timbre-poste Le tarif dépend à la fois de la puissance souscrite et de l’énergie soutirée Le prix est différencié selon les jours, les heures et les saisons, c’est l’horo-saisonnalité             Une contribution importante qui apparaît sur la facture est la Contribution au Service Public de l’Electricité ( CSPE ). Son montant est également fixé par la CRE (pour être exact, les recommandations tarifaires de la CRE ne sont pas toujours suivies, les hausses sont réduites) et est en sensible augmentation depuis sa création au début des années 2000, et devrait encore augmenter de près de 50% d’ici 2030. Cette contribution sert principalement à financer :   Le sou tie n aux énergies renouvelables et à la cogénération (c’est la part qui cause l’essentiel de l’augmentation de la CSPE). Les surcoûts de production dans les Zones Non Interconnectées (ZNI) au réseau électrique métropolitain, c’est le principe de la péréquation tarifaire, analogue à celui concernant le TURPE. Les ZNI sont la Corse, les départements d'outre-mer, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, Saint-Pierre et Miquelon, les îles bretonnes de Molène, d'Ouessant, de Sein, l’archipel des Glénan et l’île anglo-normande de Chausey. Des dispositions sociales vis-à-vis de la précarité énergétique (le chèque énergie qui vient en remplacement du Tarif de Première Nécessité) Le budget du Médiateur national de l’énergie                 Une autre contribution est la Contribution Tarifaire d’Acheminement ( CTA ), qui sert à financer les retraites spécifiques des personnels du régime des industries électriques et gazières.             Et pour finir, des taxes locales (commune et département) éventuelles sur la consommation finale d’électricité peuvent apparaître sur la facture.     Comparaison avec nos voisins :             Pour la France, la base de données Pégase (acronyme de Pétrole, Électricité, Gaz et Autres Statistiques de l’Énergie) enregistre et diffuse les statistiques de l’énergie rassemblées par le service de la donnée et des études statistiques (SDES). Elle permet de connaître le prix de différentes énergies pour les particuliers d’une part et les industriels d’autre part.             Des comparaisons à l’échelle européennes sont réalisées régulièrement par Eurostat . Nous allons ici faire une comparaison avec les pays limitrophes à la France et électriquement connectés avec elle, sauf la Suisse pour laquelle Eurostat ne présente pas de données. De plus, les valeurs moyennes pour l’Union Européenne et la zone euro sont présentées. Pour les ménages, le prix indiqué est toutes taxes comprises, tandis que pour les petites industries, le prix est hors TVA et hors taxes remboursables (attention, les échelles ne sont pas les mêmes sur les deux graphiques).                 L’électricité en France est donc moins cher que dans les pays limitrophes. Cependant cette comparaison ne concerne pas le cas particulier des principaux sites consommateurs et dont la facture électrique représente la charge principale.             Sans surprise, l’électricité est sensiblement plus chère pour les particuliers. De plus, une augmentation régulière est constatée pour les particuliers, tandis qu’une diminution est observée les dernières années pour l’industrie moyenne.


Les Degrés Jour Unifiés (DJU)

Efficacité énergétique - November 22, 2017
D ans l’article sur les Indicateurs de Performance Énergétique (IPÉ) , à travers l’exemple du chauffage est apparu la nécessité de caractériser la rigueur d’une météo pour un lieu donné. C’est le rôle des Degrés Jour Unifiés (DJU) et c’est pourquoi l’IPÉ relatif au chauffage est généralement exprimé en kWh/(m².DJU) (les m² pouvant être remplacés par des m3). Les kWh représentent l’énergie consommée pour le chauffage, les m² la surface (ou les m3 le volume) et les DJU la température extérieure.               En effet, les DJU reflètent l’écart entre la température moyenne d’une journée et une température de référence. Il n’existe pas de DJU négatifs, donc si l’écart entre la température moyenne et la température de référence est négatif, zéro DJU sont comptabilisés pour ce jour. La référence des DJU de chauffe est prise à 18°C (il est considéré que la consigne de chauffe est à 19°C et que les apports gratuits représentent 1°C). Il est possible de calculer des Degrés Jour avec une référence différente, par exemple à 13°C, pour des cas particuliers tels que des ateliers industriels (d’une part le process dégage généralement de l’énergie, et la température de confort est plus basse du fait de l’activité physique). Il suffit d’additionner les DJU sur une période pour évaluer la rigueur climatique de cette période.               De même, les Degrés Jour de refroidissement reflètent les températures élevées, mais ils sont peu pertinents pour évaluer les besoins de climatisation. En effet, les besoins en climatisation ou en refroidissement sont beaucoup plus influencés par de nombreux facteurs (apports internes, exposition, rayonnement solaire, humidité…) que les besoins de chauffage.               Vous pouvez obtenir gratuitement un historique de Degré Jours partout dans le monde en chauffage et en refroidissement en choisissant votre température de référence, en anglais et avec des explications détaillées sur les Degrés Jours et leurs applications). Le saviez-vous ? 7% de consommation de chauffage par degré de consigne de chauffage               Il est courant d’évaluer autour de 7% (de 6% à 10%) la variation de consommation en chauffage par degré de consigne. En France, sur la période de chauffe (il n’y a pas de règle, mais début aux alentours du 15 octobre et fin entre le 15 avril et début juin, soit environ 7 mois ou 230 jours) d’un hiver moyen, on dénombre entre 2000 et 3000 DJU sur la majeure partie du territoire (valeurs extrêmes de 1100 à 5000). 1°C pendant les 230 jours de chauffe correspond à 230 DJU, ce qui représente environ 7% des 2000 à 3000 DJU moyens. CQFD


Gazpar vers la Green Solution

Efficacité énergétique - November 10, 2017
Gazpar vers la Green Solution !   Comment connaître et monitorer la consommation de gaz en direct ?   Que ce soit pour le chauffage, l’eau chaude ou tout simplement la production, le gaz est une charge énergétique importante pour les entreprises.   « GRDF travaille depuis 2009 à l'arrivée du relevé automatique à distance en France. Depuis 2016 et jusqu'en 2022, 11 millions de clients gaz naturel seront ainsi équipés de compteurs communicants Gazpar. »   Avec l’arrivée de ce nouveau compteur, GRDF, qui est le gestionnaire du réseau de distribution de gaz, promet une meilleure connaissance des consommations de gaz lors de la connexion à l’espace client GRDF. De la même manière qu’avec le Linky (compteur communicant pour l’électricité mis en place par Enedis, qui est le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité ), vous pouvez récupérer une donnée de consommation par jour. C’est un premier pas vers la connaissance de ses besoins... Nous considérons de façon générale que pour trouver les gisements d’économie d’énergie, suivre les performances d’un outil de production , le plus intéressant est de récupérer l’information de consommation de gaz en CONTINU. Dans la pratique, il s'agit d'un relevé de consommation régulier, en général toutes les 10 minutes. Avec les anciens compteurs, il  fallait interfacer un émetteur d’impulsion sur le compteur de gaz et de récupérer l’information via un datalogger ou un transmetteur d’impulsions.   Avec l’arrivée du gazpar, la question se posait de savoir comment nous allions pouvoir récupérer ces données ... Green Systèmes a planché sur la question. La solution est trouvée et fonctionnelle ! Vous la branchez et les données arrivent sur la Green Solution ! Il n'y a plus besoin d'acheter d'émetteur proposé par la fabricant, la sortie est disponible sur le Gazpar. Vous pouvez nous contacter pour plus d'informations.     


Partager cet article

Logo Green Systèmes

Contact

dashed

Green Systèmes

Parc Eco-Normandie

76430 Saint Romain de Colbosc France

+33 (0)2 32 79 59 60

Tél : +33 (0)2 79 01 03 00

Fax : +33 (0)2 32 79 59 61

Blog

dashed

Retrouvez tous nos articles

Suivez-nous

dashed