Efficacité énergétique
Les Indicateurs de Performance Energétique

le par

Les Indicateurs de Performance Énergétique (IPÉ) sont des Indicateurs Clés de Performance (KPI : Key Performance Indicators) relatifs à l’énergie. Ces indicateurs sont regroupés au sein d’un tableau de bord et servent au management de l’énergie et à la gestion énergétique de l’organisation qui les met en place.

 

Exemples d’Indicateurs de Performance Énergétique (IPÉ)

 

              Prenons un exemple commun pour être plus clair : le chauffage. L’organisation qui crée ses IPÉ, dont un pour le chauffage des locaux, peut avoir plusieurs bâtiments sur différents sites. Les consommations de chauffage dépendent évidemment de la surface chauffée (il peut être plus pertinent de considérer le volume), mais aussi de la situation climatique : il est normal qu’un bâtiment situé au Havre consomme plus en chauffage qu’un bâtiment situé à Toulouse, toutes choses égales par ailleurs. Ainsi, au lieu d’étudier les consommations énergétiques brutes liées au chauffage (mesurées en kWh), l’IPÉ relatif au chauffage prendra évidemment en compte la surface ou le volume chauffé, mais également les températures extérieures, qui sont des éléments influant sur le chauffage mais sur lesquels il est impossible d’agir. Imaginons que la chaudière ait été mal réglée lors de sa remise en route à l’automne. Imaginons encore que la météo soit clémente sur la période de chauffe. La consommation brute d’énergie sera plus faible que les années précédentes et n’éveillera pas l’attention du gestionnaire, tandis que la dégradation de l’IPÉ qui tient compte des températures extérieures révèlera la baisse de rendement de la chaudière.

              A travers l’exemple du chauffage, il apparaît que les IPÉ bien construits permettent d’évaluer les performances énergétiques intrinsèques de l’élément considéré. Un agrandissement des locaux avec des performances équivalentes ou un hiver rigoureux ne changent pas la valeur de l’IPÉ associé au chauffage, qui mesure la performance réelle du bâtiment et de ses usagers. A l’inverse, une meilleure isolation du bâtiment ou un meilleur usage amélioreront l’IPÉ (vous trouverez des conseils en français pour améliorer votre consommation énergétique sur les sites de l’Ademe, d’Énergie+  et de Suisse Énergie ).

              Pour prendre un autre exemple, il peut s’agir d’étudier la consommation énergétique d’un outil sur une chaîne de production. Il est alors essentiel d’évaluer la consommation énergétique par rapport à la quantité produite (qui peut être mesurée en unités, en masse, en volume…en fonction de ce qui est le plus pertinent). Quel que soit l’IPÉ, une dérive de sa valeur dans le temps, la comparaison avec l’IPÉ d’un élément similaire ou avec des valeurs de références, permettent d’identifier un fonctionnement dégradé, ce qui ne serait pas possible avec la consommation énergétique brute.

 

Construction d’un IPÉ

 

              Ainsi, de façon générale, les IPÉ sont presque toujours des mesures relatives. Il s’agit fréquemment de ratios entre d’une part l’énergie consommée, et d’autre part des éléments (souvent variables) qui influent sur la consommation, mais sur lesquels il est impossible d’agir (ils sont subis). Ces variables qui servent à créer l’IPÉ sont appelées variables explicatives. Leur sélection est essentielle et peut être complexe, ce travail nécessite la collaboration d’un spécialiste de l’énergie et de personnes qui connaissent le process considéré (le cas du chauffage étant un exemple simple et courant), il faut en effet identifier les variables pertinentes et mesurables en lien avec l’IPÉ. C'est inclus dans la mise en place du tableau de bord de l'offre Green Performance.

 

Évaluation des économies d’énergie

 

              Afin d’évaluer l’impact de d’actions d’économies d’énergie, il est essentiel de ne pas se contenter de comparer des mesures de consommations avant-après. Il faut réaliser des mesures avant-après toutes choses égales par ailleurs, ce qui s’avère souvent impossible en pratique. La solution est donc d’identifier les variables explicatives de la mesure réalisée. La valeur mesurée après les améliorations est alors corrigée grâce aux variables explicatives pour correspondre aux conditions de la mesure réalisée avant les modifications et cette mesure ajustée peut être considérée comme correspondant à une situation toutes choses égales par ailleurs. L’évaluation des économies engendrées est ainsi objective. La méthodologie IPMVP (International Performance Measurement and Verification Protocol - Protocole International de Mesure et de Vérification de la Performance énergétique) détaille la marche à suivre pour aboutir à une mesure d’économie indiscutable grâce à la prise en compte des variables explicatives.

 

Liens avec l’ISO 50001

 

              Un plan de comptage et la création d’Indicateurs de Performance Énergétique regroupés au sein d’un tableau de bord, ainsi que la mesure ajustée des économies réalisées, sont au cœur de la gestion énergétique et font partie des exigences de la l’ISO 50001 - Systèmes de management de l'énergie (voir sur le site de l’Organisation internationale de normalisation ).

              Nous reviendrons prochainement sur la façon de tenir compte des températures extérieures dans les IPÉ relatif au chauffage grâce aux Degrés Jour Unifiés (DJU).

 

 

Logo Green Systèmes

Contact

dashed

Green Systèmes

Parc Eco-Normandie

76430 Saint Romain de Colbosc France

+33 (0)2 32 79 59 60

Tél : +33 (0)2 79 01 03 00

Fax : +33 (0)2 32 79 59 61

Blog

dashed

Retrouvez tous nos articles

Suivez-nous

dashed